Alerte sur nos droits : quel est le message ???

Le journal économique "Les Echos" publie dans son édition du 18 Décembre 2013, un manifeste signé par 50 PDG français  d'entreprises internationales, dont le nôtre qui donc inscrit American Express Voyages dans cette démarche.  

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0203199645307-l-appel-de-50-dirigeants-de-filiales-etrangeres-installees-en-france-638207.php

Le premier constat est que, sur ce sujet, l'alignement cher au Groupe n'est pas à la page puisque le PDG d'AECF n'est pas signataire, lui.

En résumé, ces dirigeants font état de la difficulté de "vendre" la France aux directions de Groupes malgré les nombreux avantages de notre pays et ainsi retenir les investissements internationaux ici plutôt que dans d'autres pays avec lesquels nous sommes en concurrence, plus flexibles et compétitifs.

Parmi les raisons mentionnées, "le manque de flexibilité du droit du travail, par des procédures complexes longues et aléatoires en matière de restructuration, " retient particulièrement notre attention; Ainsi que les propositions d'amélioration :"Assouplir, en matière sociale, les procédures de consultation en regroupant les différentes instances représentatives du personnel, en en régulant le pouvoir en encadrant le coût de expertises. Allèger les aspects pénaux du droit du travail en supprimant le délit d'entrave et en soumettant les relations du travail au droit civil de la responabilité".

En clair : le droit du travail en France est trop protecteur pour les salariés, et ne permet pas aux entreprises en France de licencier les salariés à leur guise, ces entreprises doivent suivre des procédures de consultation des instances qui leur compliquent la vie. Alors la solution est simple : limitons ces procédures, enlevons les quelques petites marges d'actions qu'ont les CE et CHSCT, et surtout réduisons les coûts des expertises qui sont imposées aux entreprises parce qu'elles n'ont pas elle-mêmes anticipé les conséquences de leurs restructurations. Enfin, supprimons du droit les mesures qui empêchent les entreprises d'entraver le bon fonctionnement des instances représentatives et des syndicats, et éviter les conséquences pénales que lesdits dirigeants encourent aujourd'hui en particulier lorsqu'ils mettent en danger la santé et la sécurité de leurs salariés.

Résumons : supprimons tous les droits protecteurs, empêchons les élus de défendre ces droits, renonçons au modèle social Français, alignons les pratiques sociales sur celles des pays avec lesquels nous sommes en concurrence !

La CFTC pose la question : comment les collaborateurs d'AEV doivent ils comprendre la signature du manifeste par Mr Audoin ? La communication interne dont nous sommes innondés nous assure que le projet de co-entreprise sera une opportunité de croissance pour l'Entreprise par des investissements significatifs. La lecture croisée de ces communications nous parait extrèmement ANXIOGENE pour les collaborateurs d'AEV, et à la veille des fêtes de fin d'année, le timing était vraiment une nouvelle fois très bien choisi !

Quant au dialogue social de qualité que l'Entreprise se targue de vouloir promouvoir, la CFTC remercie Mr Audoin d'en avoir clarifié publiquement sa conception.

 

Pour conclure, et alors que l'action AXP toujours en croissance dépasse allègrement les 90$, la CFTC note que notre PDG inscrit aussi AEV dans une autre proposition extraite du manifeste : "Engager une politique ambitieuse d'attraction et de rétention des talents internationaux et des quartiers généraux européens". Là aussi, la CFTC décode pour vous : augmentons les salaires, stocks options et autres parachutes dorés des dirigeants.

CFTC, notre engagement : Vous Défendre Comme Personne

 

Commentaires (2)

Gladys
  • 1. Gladys | 08/01/2014
Merci pour cette lecture explicite et très éclairée voir éblouissante de la situation dans la vraie vie de notre entreprise. si nous avions encore des espoirs, de la naïveté quand aux volontés de notre entreprise AEV pour l'avenir, celles-ci sont "écrabouillées" pour les revendications contre le droit du travail des salariés et toutes les avancées sociales pour lesquelles nos aînés se sont battus depuis 1936. L'être humain, le salarié n'est pas un outil de travail, une variable d'ajustement Messieurs les dirigeants mais un collaborateur doué d'engagement, de volonté, de réflexion qui a à coeur son travail et son investissement dans son entreprise. Rappelons à Monsieur Audoin, la richesse de son entreprise et surtout combien ces salariés sont engagés preuve lui en a été donnée depuis de nombreuses années au cours des nombreux PSE subis depuis 2005. Jusqu'au dernier jour, les salariés licenciés ont travaillé pour assurer leur engagement de service au client qui leur tient tant à coeur.
Devine
  • 2. Devine | 06/01/2014
merci pour cette revue de presse decryptee...après le baromètre de l Espace Voyages Professionnel voici le baromètre de l' Emploi Versus Précarité. EVP dialogue commercial vs. EVP dialogue social !!!

Ajouter un commentaire