Blog

  • Point sur les dysfonctionnements du Hub RH-paie

    La CFTC souhaite vous informer des actions faites par le CSE au sujet des remontées concernant le HUB paie.

    En février, les élus du CSE ont envoyé un courriel à Patricia Huska (DRH monde) afin de l’alerter sur les nombreux dysfonctionnements du traitement des dossiers de paie des collaborateurs par le Hub RH.

    Nous lui avons rappelé que, lorsque la direction nous avait présenté ce projet de délocalisation en avril 2017, elle nous avait assuré que tout se passerait bien mais n’avait toutefois pas été en mesure de répondre à toutes nos interrogations.

    Il s’avère maintenant que nos inquiétudes de l’époque se confirment et étaient même en deçà de la réalité constatée aujourd’hui. Les élus et bon nombre de collaborateurs sont dans une situation de perte de confiance alors que les engagements pris par la Direction pour assurer une qualité de service « normale » dans la gestion de tous les éléments de la paye ne sont pas tenus et que la situation s’est même dégradée ces derniers mois, ces dernières années.

    La CFTC estime que cette situation n’est plus acceptable alors que GBT prône des valeurs d’employeur remarquable qui se soucie de la qualité de la relation de travail et des conditions proposées à ses salariés.

    Les élus du CSE ont donc demandé à Patricia Huska qu’une personne « qualifiée » avec un back-up soit embauchée afin de pouvoir gérer la réglementation complexe de tous les éléments de la paie en France, notamment les absences pour raisons médicales et autres sujets très techniques et spécifiques à notre pays.

    Elle a répondu qu’elle pensait avoir déjà abordé un certain nombre des points soulevés et qu’elle était déterminée à apporter encore de l’amélioration.

    Le CSE est également en attente du retour de la Direction au niveau du Comité Européen où le sujet a été évoqué dans la dernière réunion.

    A la suite de cela, le CSE a été informé et consulté sur un projet de gestion des arrêts maladie par la société ADP

    Les élus du CSE ont rendu un avis défavorable à l’unanimité car :

    1/ Ce projet a tout d’abord été présenté sous la forme d’une information lors du CSE de janvier 2022 en réponse aux graves problèmes de dysfonctionnements du hub paye soulevés lors du CSE d’octobre 2021 et de nombreuses fois avant de porter ce point à l’ODJ.

    2/ Au regard des informations communiquées, les élus du CSE ne peuvent que constater que ce projet ne résout en rien les problèmes soulevés.

    Le projet présenté a pour objet de déporter le traitement de l’enregistrement des arrêts maladies chez le prestataire ADP afin de réduire le délai de traitement des déclarations des arrêts maladies.

    Les élus n’ont pu obtenir aucune garantie concernant :

    • L’efficacité & l’efficience de ce process
    • L’engagement d’un délai de traitement
    • La mise en place d’un suivi sûr de la qualité de service attendue.
    • Les termes et garanties du contrat entre ADP & GBT pour être certain qu’il permet de résoudre les problèmes particulièrement difficiles des salariés en incapacité et/ou en invalidité

    Les nombreux dysfonctionnements remontés sont très (trop) impactant pour une grande majorité des collaborateurs qui se trouvent dans un état de santé fragilisé.  Il est inacceptable que ceux-ci doivent se battre pour qu’on envoie les déclarations à la CPAM afin de percevoir leurs indemnités.  

    Parallèlement à tout cela, les élus ont demandé depuis plusieurs mois, à avoir un point sur le nombre de tickets reçus et le traitement de ceux-ci et n’ont, à ce jour, toujours pas réussi à obtenir cette information.

    • Aidez-nous à faire prendre pleinement conscience à l’entreprise de l’ampleur des dysfonctionnements en faisant cet effort de :
    1. Vérification de vos bulletins de paie : informations journalières, solde CP, salaire, primes et diverses indemnités, titres repas …
    2. Signalisation : saisir un ticket dès qu’une anomalie ou une question vous interpellent.

    Vous pouvez ensuite transmettre votre requête à un(e) élu(e) du CSE pour que votre dossier soit suivi par l’un(e) de vos représentant(e)s

    La CFTC vous assure de sa volonté à rester mobilisée sur ce sujet afin de vous soutenir et défendre vos droits.

  • Projet de nouvelle organisation de la durée du temps de travail chez Traveler Care

    La direction nous a présenté un projet de nouvelle organisation de la durée du travail au sein du Département Traveler Care ; projet visant à suspendre la modulation pendant un an à compter du 1er janvier 2023 afin d'avoir une organisation du temps de travail unique et une flexibilité pour les clients.

    Pause dejCeci implique que tous les collaborateurs auront 70 pauses déjeuner allongées (de 1h30 ou 2h) maximum par an, en principe 37h de travail par semaine et 12 RC par an, dont 7 seront posés à l'initiative de GBT et les autres selon les allowances. Mais attention, la direction ne veut pas garantir 12 RC car d’autres organisations (35H par semaine par ex sans RC) seraient envisageables.

    Cela va impacter les 161 HW actuellement en modulation et les 143 TAD non modulants ; les 41 collaborateurs en BTC ou implant non modulants n’auront pas de changement.

    Les élus CSE ont donné un avis défavorable à l’unanimité pour ce projet et la CFTC a fait la déclaration suivante :

     

    "La délégation syndicale CFTC s’oppose fermement à cette mesure autoritaire et injuste prise encore une fois sans aucune concertation.

    Les syndicats réunis quelques mois auparavant lors de la négociation de l’accord de substitution ont d’ailleurs décrié fortement cette mesure en argumentant qu’elle n’était fondée sur aucune nécessité business et non prouvée à date par la direction de Traveler Care, hormis la flexibilité que celle-ci pourrait apporter et le besoin pour la direction de Traveler Care d’avoir une amplitude horaire allongée.

    Nous pensons que cette mesure servira surtout de variable d’ajustement dans une période où les collaborateurs sont constamment en flux tendu, à la suite du PDV/PSE qui a vu partir près de 150 collaborateurs.

    La méthode démontre à nouveau que la co-construction n’est pas la valeur actuelle de notre direction et nous le regrettons.

    Quelle sera donc la suite du programme des réjouissances qui vont nous être réservées ?

    Aujourd’hui un horaire de travail non adapté à notre vie sociale, demain un horaire de travail en décalé ?

    C’est donc cela la récompense des salariés pour leur investissement une nouvelle fois constaté pendant la crise sanitaire ?

    Pourquoi tant de précipitation pour une décision qui est censée intervenir en 2023 ?

    Pourquoi est proposé aux salariés un avenant si flou sur le nombre réel de JRTT dont bénéficiera chacun ? Hormis le fait que les salariés auront un certain nombre de JRTT imposés, on sait bien que les JRTT non imposés seront tout de même compliqués à poser et finalement le choix des dates pour les collaborateurs sera TRES limité.

    Nous souhaitons rappeler ici que le télétravail à domicile permet d’agencer son environnement de travail en aménageant son bureau en fonction de ses goûts et besoins. La qualité des temps de pause participe aux performances du télétravailleur, force l’autonomie des salariés et facilite l’organisation personnelle dans le traitement de leurs tâches quotidiennes professionnelles mais également personnelles.

    Une priorité, le volontariat :

    Une nouvelle organisation du temps de travail ne peut être mise en place que sur la base du volontariat.

    Nous alertons la responsabilité de tous sur la préservation de la santé mentale et physique du travailleur.

    Une organisation du temps de travail en télétravail, c’est :

    • Une meilleure attractivité pour le recrutement. 
    • Une fidélisation des collaborateurs.
    • Une réduction des frais généraux et des dépenses.
    • Une augmentation de la motivation. 
    • Une augmentation de la compétitivité. 
    • Une augmentation de la productivité.
    • Un salarié bien traité, traitera mieux ses clients.

    A la suite de cette mise en place, la direction devra veiller au droit à la déconnexion qui s’entend comme un droit reconnu et opposable à ne pas être sollicité via les outils numériques professionnels de communication pendant les heures et périodes non travaillées.

    A cet effet, la direction devra communiquer avec les salariés sur le fait qu’ils ne doivent pas céder à l’immédiateté que de tels outils peuvent favoriser.

    La mise en place d’une organisation du temps de travail doit être un projet, compris et accepté de tous."

  • La CFTC signe l'accord Télétravail

    Accords d entrepriseGrâce à la CFTC, constructive mais persistente, nous sommes enfin parvenus à un compromis équilibré avec la Direction qui a abouti à la signature d'un accord Télétravail au sein de GBT.

    Cet accord remplace toutes les mesures précédentes issues de différents accords, et pose un cadre général applicable pour tous. Précision importante cependant, les avenants déjà signés ne seront pas modifiés dans leurs modalités. Par exemple, vous avez signé un avenant pour du télétravail intégral alors qu'il n'est plus proposé dans votre ligne, vous conserverez votre avenant.

    Teletravail 2Le nouvel accord précise les différentes modalités de télétravail existantes au sein de GBT :

    • Le télétravail intégral (100% télétravail)
    • Le télétravail pendulaire (2 à 3 jours de télétravail hebdomadaires)
    • Le télétravail occasionnel (1 jour de temps en temps, cumulable avec le pendulaire)

     

    Seules les 2 premières modalités sont soumises à la signature d'un avenant, permettant l'indemnisation du télétravail. Cette indemnisation est de 100€ par mois pour le télétravail intégral, proratisé selon le nombre de jours pour le pendulaire. En sus, GBT prendra en charge mensuellement l'abonnement internet à concurrence de 40€ par mois par note de frais, identique pour l'intégral ou le pendulaire.

    L'accord détermine également les conditions d'éligibilité aux différentes formes de Télétravail, intégral ou pendulaire selon les postes occupés, ainsi que les pré-requis techniques à remplir pour un exercice à domicile.

    Sont également reprises les prises en charges pour l'installation en télétravail intégral, pour l'achat du matériel, et introduit une mesure permettant la prise en charge d'une chaise de remplacement pour les télétravailleurs au bout de 10 ans.

    SignatureVoilà dans les grandes lignes les éléments de cet accord, que vous étiez nombreux à attendre, notamment sur le télétravail pendulaire. La généralisation du télétravail décidée par GBT rendait cet accord plus que nécessaire, et nous nous réjouissons d'avoir enfin trouvé avec la Direction, après de longues et difficiles négociations, un terrain d'accord satifaisant pour les salariés et l'entreprise. 

  • NAO 2021 : ce que nous avons obtenu pour VOUS

    Nao 5Cette année les Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) se sont déroulées en Décembre Janvier, sous l'ombre de la crise COVID et de ses conséqunecs pour GBT.

    Si l'an dernier la signature des NAO 2020 ont permis à la France de maintenir l'enveloppe d'augmentation au mérite (pour rappel la CFTC demande toujours une augmentation générale des salaires que le Groupe refuse systématiquement), cette année toute mesure salariale a été entièrement proscrite comme elle l'est depuis l'an dernier dans tous les pays chez GBT.

    Il nous a donc fallu innover et proposer d'autres mesures significatives pour votre pouvoir d'achat.

    Nao 21 yes

    Malheureusement, toutes nos demandes n'ont pu être satisfaites, particulièrement cette année du fait de la crise.

    Nao21 no 2

    Notre équipe continuera bien entendu à porter ces demandes, dans le cadre des prochaines NAO ou pour certains sujets dans d'autres négociations. Nous restons plus que jamais mobilisés pour obtenir des avantages sociaux pour tous les salariés.

    CFTC, nos forces AVEC VOUS et POUR VOUS .

  • Consultation plan "Relance 2021"

    • Le 25/01/2021

    Avis cseLa consultation du CSE sur le projet de plan "Relance 2021" s'est conclue vendredi 22 Janvier par un avis unanimement "Défavorable".

    Seuls les élus CFTC ont rendu cet avis, les autres élus ayant refusé de voter.

    Cette consultation entamée le 17 octobre a été longue, très difficile a appréhender pour les élus au regard de la complexité du projet lui même, notamment au regard du nouveau dispositif APLD mis en place dans le cadre du projet. Pour obtenir toutes les informations que nous estimions nécessaires à notre compréhesion du projet, les élus CFTC ont dû demander le soutien de la Direccte pendant la consultation. L'administration a fait droit à notre requête.

    HomologationIl appartient désormais à la Direccte d'étudier les aspects légaux du projet présenté par la Direction, mais aussi la régularité de la consultation ainsi que l'avis rendu par le CSE, afin de pouvoir homologuer (ou pas) le plan "Relance 2021". Parrallèlement, la Direccte doit également valider (ou pas) le dossier d'APLD déposé par la Direction, notamment la demande de dérogation pour ramener à 50% le temps d'activité minimum. Ces décisions devraient être rendues vers la mi-février.

    Cette consultation a été tendue et éprouvante pour les élus. Par sa durée et son sujet d'abord, aggravé par le contexte extérieur de la pandémie. Les échanges avec la Direction ont pu être très vifs au regard des enjeux, parfois jusqu'à des situations fortes de blocage. Pour la CFTC, le blocage (surtout s'il est pratiqué par principe et systématiquement) ne peut que conduire à un échec, pour l'entreprise et donc pour ses salariés.Pour la CFTC, le blocage ne peut constituer une fin en soi.  Pour la CFTC, la seule vertu du blocage est d'obtenir des avancées pour les salariés en permettant le déblocage de la situation. Pour la CFTC, il est primordial de rester dans une démarche constructive et dans le dialogue social dans le seul intérêt de la collectivité des salariés. Pour autant, nous savons nous opposer avec fermeté lorsque c'est nécessaire, et là aussi parce que nous ne pratiquons pas une opposition systématique de principe, lorsque nous l'avons fait dans cette consultation, la Direction nous a écouté et entendu

    C'est ainsi que les élus CFTC ont obtenu la réduction du nombre initial envisagé de suppressions de postes de 154 à 148. C'est encore trop et nous aurions souhaité réussir mieux encore, mais c'est déjà 6 postes sauvés.  

    ConvictionsTous les élus du CSE ne partagent pas cette approche, et nous respectons absolument leurs choix, nous aurions souhaité que la réciproque soit vraie.  

    La CFTC est largement majoritaire au CSE, ce sont vos votes qui nous ont donné cette position, vous avez choisi nos élus pour vous représenter face à la Direction. Votre confiance est essentielle pour nous, elle nous confère une grande responsabilité envers vous. Nous assumons pleinement cette responsabilité, c'est elle qui à chaque instant conduit nos demandes, nos choix, notre engagement.  

    Cette responsabilité nous l'assumons aussi syndicalement par la signature des accords liés à ce projet. Si l'accord sur l'APLD a été signé par les 2 syndicats représentatifs, seule la CFTC a signé les accords sur le Plan "Relance 2021" et sur la mise en place du télétravail dans le cadre de ce projet. Non seulement nous l'assumons, nous le revendiquons.

    SignatureCe sont là encore les négociateurs CFTC qui ont obtenu l'amélioration des mesures initialement proposées par la Direction, c'est notre signature qui les sécurise pour les salariés. Sur ce point aussi, d'autres préconisaient une stratégie du bras de fer et de confrontation. Pour la CFTC, cette approche conflictuelle aurait mis à haut risque votre avenir, qu'il soit dans ou hors GBT. Pour la CFTC, tenter un "coup de poker" avec vos emplois face à la Direction est incompatible avec la responsabilité que vous nous avez accordée, vous ne nous avez pas élus pour que "jouions à la roulette russe" dans une consultation de cette importance.

    Nos choix sur ce projet, de la signature des accords à l'avis rendu au terme de la consultation, ont toujours été faits après des échanges parfaitement libres au sein de l'équipe des élus CFTC. Des divergences ont pu être exprimées, débattues, des options envisagées, examinées. Nos décisions ont toujours été prises collégialement. Nos votes ont été nunanimes. 

    La CFTC vous rend compte de ses actions et de ses choix, de ses réussites comme de ses échecs. il vous appartiendra aux prochaines élections de nous dire si vous les approuvez.

    CFTC, nos forces AVEC VOUS et POUR VOUS !    

    Retrouvez ici la déclaration CFTC sur le plan "Relance 2021"

     

  • Dialogue social : toujours constructifs !

    Dialogue constructifPour nombre de salariés, les effets du dialogue social restent souvent obscurs. Et comme vous, nous les représentants que vous avez choisi et élu, nous trouvons que les résultats se font attendre alors que les changements au sein de GBT sont tellement rapides et s'enchainent.

    Etablir un dialogue social constructif est une oeuvre de longue haleine qui requiert détermination et patience :

    • sans cesse il faut remettre les sujets sur la table,
    • sans cesse il faut argumenter pour défendre vos droits,
    • sans cesse il nous faut démontrer que placer les employés au centre des débats est au bénéfice de l'entreprise,
    • sans cesse il faut milimètre après milimètre gagner du terrain pour aboutir à des décisions qui vont dans le bon sens.

    Bien trop souvent ces petits pas gagnés de haute lutte ne sont pas à la hauteur de nos espoirs et de nos combats pour vous. Mais parfois, à force de persévérance, à force d'argumentaires étayés et positifs, nous sommes entendus et écoutés.

    Teletravail 4Ainsi la CFTC a obtenu la formalisation des prises en charge dans le cadre de l'ouverture au volontariat au télétravail, applicable à tous.

    Ainsi, la CFTC a obtenu que dans le cadre de cette campagne que les conseillers voyages de Traveler Care ne seraient pas soumis à la modulation du temps de travail, leur choix d'y souscrire dans la période actuelle étant dicté par le contexte de crise et les incertitudes futures.

    Seule la CFTC a signé l'accord qur le Télétravail en 2020, donc ces avancées c'est bien la CFTC qui les a sécurisées pour VOUS !

    Nous poursuivons nos efforts bien sur, et notamment pour :

    • obtenir l'application de l'accord 2020 aux salariés qui ont candidaté au télétravail pendant le 1er confinement
    • améliorer la gestion des planifications et la stricte application de l'accord Modulation, en particulier le respect des jours "OFF" planifiés à l'initiative du salarié et des délais en cas de modification des plannings.

    Chaque victoire est un encouragement à poursuivre notre combat pour VOUS, nous ne gagnons maheureusement pas toujours et pas autant que nous le voudrions, mais jamais nous ne renonçons, nous vous le devons. 

    CFTC, AVEC vous et POUR vous !

  • CPF : Il est encore temps !

    • Le 10/11/2020

    CpfEn cette période d'évolution rapide de nos métiers, notamment au regard des nouveaux modes de communication et de développement du numérique, il est plus que jamais essentiel de se former et de développer les compétences qui nous serons nécessaires à l'avenir.

    Nous disposons pour ce faire du COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (qui a remplacé le DIF) qui peut nous servir à financer des formations indépendamment du plan que GBT pourra proposer. Pour en bénéficier, chaque salarié doit créer son espace CPF et y transfèrer ses droits acquis dans l'ancien système.

    COMMENT FAIRE :

    Pour les salariés GBT, vous devez reprendre votre fiche de paie du mois de Janvier 2015 sur laquelle figure en bas à droite votre solde de droit à DIF.

    Pour les salariés exHRG votre droit à DIF figurera soit sur votre fiche de paie de Décembre 2014 soit Janvier 2015.

    Vous vous rendez sur le portail : www.moncompteformation.gouv.fr

    Vous sélectionnez "je crée mon compte" et renseignez les informations requises (dont le n° de sécurité sociale)

    Vous accédez à la page d'accueil qui vous permettra de reporter le solde d'heures apparaissant sur votre fiche de paie.

    Le calcul est ensuite automatique, chaque heure est valorisée à hauteur de 15€. 

    Formation clavier

    La date limite initialement prévue le 30 décembre 2020 pour réaliser ce transfert est reportée au 30 juin 2021.

    Alors ne perdez pas vos droits, et n'hésitez pas à contacter un élu CFTC pour toute question ou aide